2019 06 18 collecte fruits église colline (5)

En résumé:

  • Un espace dédié au végétal (mini-forêt, haies bocagères, haie fruitière, verger et framboiseraie, plantes aromatiques et médicinales)
  • Une terre d’essais
  • Une petite parcelle familiale (2,57 Ha)
  • Une activité en solo avec un volet associatif
  • Une distribution locale pour l'autonomie ou en cueillette
  • Un projet évolutif et adaptable...

Il s'agit avant tout d'un projet d'agroforesterie autour des fruits, surtout les baies.

plan aménagement parcelle

 

Calendrier:

L'idée d'un retour en France pour faire de l'agrotourisme a germé en 2019. Depuis l'idée a évolué selon les opportunités et le contexte, et avance doucement mais sûrement.

Temps long et pas de course à la rentabilité pour ce puits de carbone en devenir.

Dans l’immédiat, il s'agit de préparer le sol et sa reconversion en « bio » à partir de août 2021.

La parcelle sera aménagée avec la construction d’un petit bâtiment agricole (permettant de stocker les outils et productions ainsi que de récupérer l’eau de pluie pour l’arrosage), d’un réseau d’irrigation, de clôtures, de chemins.

Les premiers arbres et haies seront plantés à partir de la fin 2022.

Les premières récoltes sont envisagées en 2024 ou 2025, le temps que ce petit monde prenne racine.

Timeline 

Dans le détail:

L'idée principale est de (re)donner un espace à la Nature, faire un (grand!) jardin sauvage, laisser faire les choses là où c'est possible afin de limiter le travail manuel au nécessaire pour l'entretenir et profiter de ce que la nature prodiguera ("agriculture naturelle").

culture extensive: on prend de la place avec des arbres fruitiers de plein vent, appelés aussi haute-tige. On étale les choses dans le temps et l'espace.

(même si les cultures sont pérennes et que certains parallèles existent, il ne s'agit pas de permaculture)

paraculture, agroécologie, agriculture naturelle, etc: le projet peut se retrouver dans beaucoup de termes employés actuellement. Mais... Moins de blabla et plus d'action. On essaie et on voit! label "AB": culture dans le respect des pratiques biologiques
espèces indigènes (ou autochtones ou locales): celles nécessitant le moins de soins agroforesterie: des arbres cohabitent avec d'autres cultures au sol (courges par exemple) biodynamie: une démarche à tenter en collaboration avec les quelques acteurs engagés du territoire
dynamique locale: participer aux circuits courts par la vente en directe (cueillette) ou au magasin bio du village ou au marché hebdomadaire, interactions avec d'autres acteurs du village recherche de la qualité et de la fidélité côté client et fournisseurs: travail avec des professionnels régionaux reconnus alicaments: se faire du bien, prendre soin de soi grâce à son alimentation saine, de saison, locale  

 

 Le plan ci-dessus présente les espaces prévus:

  • 3000 m² réservé à une mini-forêt.
  • une framboiseraie de 1200 m². Plusieurs variétés de framboisiers et 5 cerisiers basse-tige, entourés de fleurs. C'est l'espace cueillette.
  • un verger de 2600 m². Arbres de haute-tige (cerisiers, pruniers, pêchers, abricotiers, amandiers, figuiers, cognassiers), arbustes entre les rangées (groseilliers, cassissiers, noisetiers, rosiers) et quelques arbres palissés (pommiers, poiriers), le temps que les arbres de plein-vent poussent. Des courges s'épanouiront au sol.  
  • une haie fruitière sauvage sur 160 m en limite séparative Nord. La haie rectiligne alterne arbres d'ornement et arbustes tels qu'on les trouve sur nos chemins agricoles (aubépine, mûrier-ronce, églantier, cornouiller, noisetier, etc).
  • des pâtures (pratiquement 8000 m²) qui deviendront des pré-vergers avec des pommiers et poiriers de plein vent.
  • des haies bocagères à l’Est et à l’Ouest.
  • quelques arbres remarquables.
  • une zone aménagée regroupant l’outil de travail et les accès.

La zone aménagée a été pensée pour limiter ses impacts environnementaux et correspond à:

  • un chemin d’accès (non imperméable)
  • un hangar en structure bois et toiture tôle de 20 m x 5 m (abritant le matériel d’exploitation, la production et permettant de récupérer l’eau de pluie)
  • une cuve souple aérienne pour la récupération d’eau de pluie (50 000L)

 

Et pourquoi pas...peut être... dans quelques années :

mini ferme